Isma, ou ce qui s’appelle rien